Toussaint: toi, moi, nous, tous appelés à la sainteté !

Hier, premier novembre, c’était la Toussaint ! Souvent vue comme une fête triste, c’est pourtant l’occasion de célébrer toutes les personnes, vivantes ou mortes, déjà réunies dans la foi. Eclairage.

Procession des saints de Bretagne – diocèse de Rennes, cathédrale saint Pierre, Rennes, France

Savais-tu que le 2 novembre, c’est le jour de la commémoration des fidèles défunts. A cette occasion, on prie pour les morts… Quoi ? Ce n’est pas la veille, à la Toussaint qu’on prie pour les morts ? Et non ! La Toussaint est une fête joyeuse 🙂

D’ailleurs, durant la messe, c’est l’Evangile des Béatitudes qui est lu. Tu sais, l’Évangile qui dit « Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux est à eux… » Tu noteras d’ailleurs que Jésus utilise le présent, et pas le futur. Le Royaume des cieux ne sera pas aux pauvres en esprit après la mort, mais leur appartient déjà ! Ca c’est une bonne nouvelle ! (Et d’ailleurs, Evangile signifie « bonne nouvelle ».)

Pas besoin d’être un « surhomme » pour devenir saint

Les pauvres, les doux, les affligés, les affamés de justice, les miséricordieux, les cœurs purs, les artisans de paix, les persécutés pour la justice dont parle Jésus, c’est peut-être toi, moi, nous ! Le Pape lui-même l’a dit hier : en cette Toussaint, on ne célèbre «pas seulement les saints du calendrier», mais tant de frères et sœurs «de la porte d’à côté, que nous avons peut-être rencontrés et connus». «Aujourd’hui est une fête de famille, de tant de personnes simples et cachées qui aident Dieu à faire aller le monde de l’avant.». Et ces saints de notre temps, le pape les a même fait applaudir par la foule réunie place Saint-Pierre !

Donc le chemin de la sainteté, en suivant l’appel des Béatitudes, c’est un appel pour tout le monde. Ok. Mais comment toi, moi, concrètement, on peut le suivre ? Tout le monde n’est pas Mère Teresa… Là encore, le Pape donne une partie de la réponse. Pas besoin d’être un « surhomme » ou d’agir avec éclat, dit-il. Il suffit de laisser transparaître Dieu. Hein ?! Il déconne, là, le pape François ! Non, non, il donne même un exemple. Les saints, c’est un peu comme les vitraux d’une église. Ils accueillent dans leur cœur la lumière, celle de Dieu, et ils la transmettent au monde « chacun dans leur propre tonalité ». Le chemin vers la sainteté, c’est donc juste accueillir l’amour de Dieu et le partager, chacun avec nos talents. Ce n’est pas compliqué… et source de tellement de bonheur ! Cap ou pas cap ?

Pour aller plus loin :

  • Avec ton équipe, vous pouvez commencer une discussion sur la sainteté avec cette vidéo ou celle-ci.
  • Une prière rappelle la longue procession des saints et des saintes à travers l’histoire : la litanie des saints. Tu sais, cette longue, très longue prière, où on les cite tous en leur demandant de prier pour nous, à Pâques notamment. Une idée pour un rassemblement MEJ : utiliser cette prière, mais en incluant tous les saints-patrons des participants. Comme ça, chacun se sentira d’autant plus concerné.
  • Et toi, te sens-tu appelé à la sainteté ? Non ? Et crois-tu que Mère Teresa y pensait à ton âge ? Non plus sans doute. Et pourtant… elle est devenue sainte. Ca t’interroge ?
  • Quels saints t’inspirent ? Pourquoi ?
  • Tu peux terminer ce temps de prière en chantant le chant “Heureux êtes-vous”:

One Comment

on “Toussaint: toi, moi, nous, tous appelés à la sainteté !
One Comment on “Toussaint: toi, moi, nous, tous appelés à la sainteté !
  1. Pingback: ESpérez | Devenir saint : un long parcours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *